Douleur

La prise en charge de la douleur

Tout le monde ne réagit pas de la même façon à la douleur. Que ce soit au cours de votre hospitalisation ou dans le cadre de consultations externes, les soignants sont à votre disposition au sein de l’établissement. Il vous suffit d’en faire la demande.

Les soins palliatifs et l’accompagnement concernent les personnes de tous âges atteintes d’une maladie grave, évolutive mettant en jeu le pronostic vital, en phase avancée ou terminale. Ces personnes peuvent souffrir d’un cancer, d’une maladie neurologique dégénérative… Ces soins prodigués visent uniquement à améliorer le confort et la qualité de vie et à soulager les symptômes : ce sont les traitements et soins d’accompagnement physiques, psychologiques, spirituels et sociaux envers ces personnes et leur entourage.

Soulager la douleur fait partie intégrante de la démarche de soins de l’établissement (comité de lutte contre la douleur CLUD).
La prise en charge de la douleur peut se faire pour des situations aiguës (douleur post-opératoire, lors d’un soin douloureux, examen invasif…) ou dans le cadre de pathologies chroniques (cancers…) :

  • la prise en charge de la douleur aiguë est une préoccupation quotidienne des équipes soignantes de l’établissement quel que soit l’étape de la prise en charge dans l’établissement (après une intervention chirurgicale, pendant un examen douloureux, avant une situation qui peut entraîner une douleur…). La souffrance morale augmente les douleurs ;
  • la prise en charge de personnes souffrant de douleurs chroniques rebelles aux traitements classiques. Il n’y a pas une mais des douleurs qui se distinguent par leur origine, leur durée, leur intensité… Traiter la douleur, peut prendre du temps dans ces cas-là.

Les douleurs altèrent notablement le confort et la qualité de vie. La traiter contribue à retrouver le bien-être, l’appétit, le sommeil, l’autonomie et se retrouver avec les autres.

L’organisation en place au sein de l’établissement permet de s’assurer :

  • De la pertinence de l’information donnée au patient ;
  • De l’évaluation systématique et continue de la douleur ;
  • De la capacité à adapter secondairement le traitement antalgique.

Ces derniers points nous apparaissent comme des éléments indispensables du succès de l’analgésie et s’inscrivent dans une démarche d’amélioration continue de la qualité dans la prise en charge de la douleur.
L’établissement compte des soignants référents qui interviennent sur la base de protocoles validés par les médecins algologues, une pharmacienne, ainsi que d’un neurologue et d’un médecin anesthésiste-réanimateur.
Tous sont titulaires d’une formation universitaire spécifique. Cette organisation de lutte contre la douleur est validée par le comité de lutte contre la douleur (CLUD), qui vise à améliorer au quotidien le traitement de la douleur.

Le mal de dos, les douleurs dans les jambes de type sciatique, l’arthrose, les maux de tête rebelles, l’artérite des membres inférieurs, le cancer… peuvent être des causes de douleur chronique.
Le choix du traitement dépend du type de douleur, de son intensité, de la façon dont vous réagissez à votre thérapie antalgique actuelle, de la maladie causale… Une approche spécialisée des douleurs chroniques peut vous aider à faire face à vos douleurs.
Si vous souffrez de douleurs chroniques et que vous estimez que votre traitement actuel n’est pas efficace et qu’il ne maîtrise pas vos douleurs, il est important que vous en parliez à un spécialiste du traitement de la douleur que l’on appelle médecin « algologue », professionnel de santé spécialiste des problèmes rencontrés par ceux qui souffrent de douleur non soulagée par un traitement habituel bien conduit. Une douleur persistante même si elle ne peut pas toujours être évitée (personnes âgées ou personnes souffrant d’arthrose, de problèmes de dos…) ne doit pas être négligée et doit être traitée.
La douleur n’est pas une fatalité !

Personne ne connaît votre douleur comme vous-même. C’est pourquoi, il est important que vous parliez à votre médecin, au personnel infirmier et aux membres de votre famille si votre thérapie antalgique ne vous apporte pas un soulagement adéquat.
La recherche médicale a montré que s’ils étaient correctement pris (évaluation du traitement notamment par Echelle Visuelle Analogique), les médicaments antalgiques peuvent soulager la douleur sans créer de dépendance ni d’effet secondaire handicapant.

Le choix du traitement prescrit par le médecin algologue comprend toute une gamme de traitements est disponible : des antalgiques peuvent être administrés par voie orale, rectale ou transcutanée, ou sous forme injectable (intraveineuse, sous-cutanée, intramusculaire) ce qui peut nécessiter, dans ce dernier cas, une courte  hospitalisation. D’autres types de traitement non médicamenteux sont encore possible, comme : stimulation électrique/neurostimulation, physiothérapie, programmes de traitement de la douleur : blocs nerveux, neurostimulation, soutien psychologique, chirurgie (chirurgie correctrice, neuroablation), thérapies alternatives…

Sélectionnez votre spécialiste :

Contact rapide

Pas assez lisible ? Générer un nouveau captcha captcha txt

Saisir votre recherche et appuyer sur la touche Entrée