LA LITHOTRITIE EXTRA-CORPORELLE (LEC)

La lithotritie extra-corporelle repose sur l’utilisation d’ondes de choc (et non pas, comme on le croit souvent, sur l’utilisation d’un laser) pour fragmenter un calcul rénal après un repérage précis du calcul par radiologie. Le calcul est ainsi réduit en un très grand nombre de fragments qui sont ensuite éliminés par les voies naturelles sans douleur dans la majorité des cas dans les jours ou les semaines suivant le traitement. Il n’y a donc pas d’ouverture chirurgicale. L’indication de cette technique dépend de la taille, de la situation et de la dureté du calcul

Le ou les calculs situés dans le rein ou l’uretère justifient d’être traités car ils sont à l’origine de troubles tels que douleurs (colique néphrétique), saignement et quelque fois infection. L’absence de traitement expose à la persistance ou à la récidive de ces troubles. Certains calculs peuvent détériorer le rein voire entraîner sa destruction.

Après lithotritie extra-corporelle, les patients ont habituellement des urines un peu sanglantes (rosées) pendant 24 à 48 heures, ce qui est tout fait normal, et des douleurs habituellement modérées correspondant à l’élimination de fragments. On doit vérifier la bonne élimination des fragments créés par le traitement. On conseille aux patients, après la séance, de boire abondamment pour éliminer les fragments. En cas de douleurs (colique néphrétique), il faut au contraire diminuer les boissons. Les patients doivent consulter leur urologue en cas de douleurs non calmées par les traitements antalgiques, et/ou en cas de survenu de fièvre (température supérieure à 38,5° C).

En cas de mauvaise fragmentation ne permettant pas l’élimination spontanée des fragments, une ou des séances complémentaires peuvent être nécessaires. Cependant, même en cas d’une bonne fragmentation des calculs, certains débris peuvent ne pas s’éliminer (pour des raisons anatomiques ou à cause de sa taille initiale ou de sa dureté) malgré la réalisation de plusieurs séances. On parle de « fragments résiduels ». En fonction de leur localisation, leur retentissement sur les voies excrétrices, l’existence ou non de complications infectieuses, ces fragments peuvent être simplement surveillés, ou traités par une autre méthode.

Le taux de succès dépend de la localisation, de la taille et de la composition du calcul : il est en moyenne de 70 à 80 % après une séance. Une deuxième séance est nécessaire dans 15 à 20 % des cas. Toute intervention comporte un risque de complications, qui peuvent parfois être graves, tenant non seulement à la maladie dont vous êtes affecté, mais également à des variations individuelles qui ne sont pas toujours prévisibles.

Des complications directement en relation avec la lithotritie peuvent survenir, elles sont exceptionnelles :

  • Risque d’obstruction de l’uretère par les fragments en cours d’élimination ;
  • Risque d’hématome rénal (0,1 %) souvent dû à un trouble de la coagulation ou à la prise d’un anti-coagulant ou d’un anti-agrégant plaquettaire (aspirine…) ;
  • Risque de dérèglement d’un pace-maker.

Dans certains cas, il peut être utile de mettre en place une sonde interne, dans l’uretère, avant la lithotritie extra-corporelle (sonde dans l’uretère sortant par voie externe ou sonde interne dite «double J»). Ces sondes seront temporaires et enlevées plus tard quand les fragments obstructifs auront été évacués.

L’examen est réalisé en ambulatoire. En général, le traitement de votre calcul se fait sous diaz-analgésie c’est-à-dire que vous pourrez être assoupi mais que vous n’aurez pas de douleur intense. La séance de fragmentation dure entre 20 et 40 minutes pendant lesquelles vous êtes allongé.

Le suivi comporte en général une consultation de contrôle 3 à 4 semaines après le traitement, avec une radiographie simple (ASP). On demande aux patients de filtrer les urines pendant quelques jours. Il faut ramener les fragments récupérés dans les urines, pour une analyse chimique qui a pour but de préciser le type de calcul, et éventuellement ses causes. Un régime alimentaire et un traitement médicamenteux pourront dans certains cas vous être prescrits afin de diminuer le risque de récidive des calculs.

Une fiche d’information sur la lithotritie extra-corporelle, a été rédigée par l’Association Française d’Urologie pour les patients. Elle est à la disposition des patients. Cette fiche est la propriété de l’Association Française d’Urologie. Elle peut cependant être reproduite par des personnes physiques ou morales selon certaines conditions. Merci de prendre connaissance des conditions d’utilisation des fiches d’information aux patients rédigées par l’Association Française d’Urologie. Le site Internet de l’Association Française d’Urologie (www.urofrance.org) met à la disposition du grand public une animation présentant le traitement des calculs urinaires par lithotripsie extracorporelle par ondes de choc (01 février 2010).

Comments are closed.

  • Information contact

    clinique saint antoine
    Clinique Saint Antoine
    7 Avenue Durante
    06004 Nice Cedex 1

    Téléphone : 04 93 16 76 00
    Fax : 04 93 16 76 43
    E-mail : info@clinique-saint-antoine.com
  • LES ÉQUIPES

    ✔ Trouvez votre praticien :

    clinique saint antoine
  • Offres d’emploi

    ✔ Les établissements du GROUPE ST GEORGE vous proposent de nombreux métiers dans les domaines médical et para-médical, hôtelier et administratif. Cette diversité vous permet d'envisager une carrière et une évolution au sein de notre groupement.

    Consulter les offres